AVEC L'URSS POUR L'ÉTERNITÉ

L'URSS NOTRE MODÈLE


Héros de la jeunesse socialiste.

L'URSS, années 30. Les paysans, pour ne pas mourir de faim, cachent les sacs de blé au lieu de les vendre à l'Etat.
Un garçon de 14 ans, Pavel Morozov, se présente à la milice: "Mon grand'père est un anti-socialiste, il a caché du blé dans sa grange."

Résultat, la famille Morozov est exécutée pour crime contre-révolutionnaire. Pour se venger, les paysans tuent le garçon, qui devient ainsi le modèle pour 200 millions enfants soviétiques. Encore de nos jours, quelques statues à sa gloire décorent les parcs publics en Russie.

France, 1998. Une jeune-fille de 15 ans se présente au procès de son grand'père, accusé d'avoir volontairement tué un jeune Comorien: "Mon grand'père est un raciste, car lorsque j'étais petite, il m'a souvant conduit au stand de tir pour m'apprendre à tirer sur les melons."

Le grand'père, atteint de cancer, est condamné à 14 ans pour crime raciste, crime qui peut-être n'était qu'une réaction de peur d'un homme qui a vécu les drames pendant la guerre en Algérie. La jeune-fille n'est honorée par aucune médaille et discours officiel, aucune statue, aucune rue ne porte son nom.

Les médias français ont encore de quoi apprendre de la propagande soviétique.



L'humour russe.

Un homme, qui a passé son enfance dans un orphelinat, raconte: Les employés de l'orphelinat ont trouvé la blague suivante à faire à des amoureux qui avaient l'habitude de se promener sur le trottoir le long de notre établissement. Après avoir choisi parmi nous une petite fille la plus pitoyable possible, ils l'ont envoyé à attendre près de la grille d'entrée.

Lorsque la petite fille a aperçu un jeune couple, elle tendait à travers les grilles ses maigres bras en pleurant: "Papa, mon papa, pourquoi as-tu mis tant de temps avant de venir me voir? ...Dis, qui est cette tente? Ma nouvelle maman?"

La suite de l'histoire dépendait de la réaction de la jeune fille.


Mme R. m'a raconté comment s'amusait la police politique dans les années 20 (s'amusait-elle? exécutait-elle un ordre secret de Lenine ou de Trocki?)

Elle habitait à l'époque près d'un petit port sur la mer Noire. Des groupes d'enfants, sans doute des orphelins, peut-être des petits délinquants, arrivant du nord par les trains de marchandise, ont été embarqués à bord d'un bateau.

Le problème, Mme R. n'a jamais vu revenir de la "croisière" ces bateaux. Parfois, elle a vu revenir un canot avec les policiers seuls. Et parfois, la mer a rendu un enfant noyé.


La Russie vous rend l'estomac solide. Peu de temps après la chute de l'URSS, j'effectuais un voyage entre l'Ukraine et la Pologne par le train, ce qui est une expérience vraiment unique. En plus, on ne pouvait rien acheter durant le voyage. J'étais affamé, les voyageurs ont partagé leurs provisions avec moi. La viande avait une drôle d'odeur, drôle de couleur (verte), pourtant j'ai tout bien digéré.

Pendant l'occupation, ma grand-mère fabriquait chaque automne quelques bouteilles de vin d'aubépines, de mûres, de myrtilles etc... Une seule fois elle n'a pas réussi la fermentation: les prunelles ont moisi, le vin s'est transformé en pur vinaigre. Imbuvable.

Puis, la guerre terminée, dans notre village est arrivée l'Armée Rouge. Les soldats réclamaient de la vodka. C'était une boisson pour nous inconnue. Nous leur proposions "voda" (l'eau en russe), ils devenaient de plus en plus menaçants. Ma grand-mère a eu une idée: "va chercher les prunelles ratées". J'ai débouché une bouteille, les Russes l'ont goûté et apprécié: Krepkii, fort, excellent!

Ils ont emporté toute la réserve de vinaigre. Le lendemains ils sont revenus avec des cadeaux: jambon, œufs, farine. Encore longtemps après, d'autres soldats venaient nous demander, si nous n'avions pas de vin.


ATTENTION ! Ne lisez pas plus loin, si vous n'avez pas les nerf solides ! Allez n'importe où, cliquez VITE quittez la page !

Blagues russes trouvées sur internet:

Deux pêcheurs: "Tu peux me féliciter, je me suis marié".
- Oui, on dit qu'elle boite, louche et est pleine de boutons...
- D'accord, mais son ver solitaire est un appât génial !

Le fils rentre tard, sa mère le sermonne:
- Ne traine pas dans les rues le soir, c'est dangereux, il y a plein de hooligans, de voleurs! Je viens d'entendre à la radio, on a découvert le corps d'un homme poignardé dans le parc en face!
- Déjà ? J'ai pourtant cru que je l'ai bien caché...

La morgue. Deux hommes près de la table où est étendu un cadavre, le troisième homme lit.
- Vasia, la bouillie de blé avec de la viande et des tomates, en veux-tu?
- Merci, les gars, je n'ai pas faim.
Les 2 hommes mangent avec appétit le contenu de l'estomac du mort.
Vasia, pliant le rapport:
- Saviez-vous que la bouillie était empoisonnée?
Aussitôt, la bouillie est rendue. Vasia prend alors la cuillère et mange:
- C'était une blague. Et puis, je préfère manger chaud.

Un soldat va en permission. Il marche, la nuit le surprend dans un hameau inconnu; il frappe à la porte. Une vielle femme lui ouvre.
- Grand-mère, laissez-moi passer la nuit.
- Entre mon fils, couche-toi sur le banc.
- Grand-mère, donne quelque chose à manger, j'ai marché toute la journée; demain je te couperai du bois.
- Je donnerais avec joie, mais cela fait 2 jours, que je n'ai plus rien.
Ils se couchent. La nuit, le soldat ne dort pas, pensant que "la mémé a menti". Il regarde sous la banquette et en effet, il trouve une platée d'aspic. Il trouve une cuillère, mange tout et rassasié s'endort. Le matin, il demande:
- Grand-mère, pourquoi as-tu menti? Tu caches de l'aspic sous la banquette.
- Quel aspic? J'ai de la tuberculose, depuis 2 ans je crache dans le saladier.



home